Canon EOS 6D - Test

Sortie moins d’un an après le 5D Mark III, le Canon EOS 6D est le boitier Full Frame le moins onéreux de la marque, mais également le plus compact. Malgré un prix largement inférieur au 5D Mark III, il ne manque pas d’arguments pour convaincre. Faut-il sauter sur ce boitier ou vaut-il mieux payer plus cher pour son grand frère ? La réponse dans la suite de ce billet !

ISO 100, f/16, 1.3s, Canon 17-40 f/4 L à 17 mm, Canon 6D

 

Caractéristiques

Canon EOS 6D
Capteur CMOS Full Frame 36 x 24 mm, 20 mégapixels (5472 x 3648)
Monture EF
Viseur Pentaprisme 97%
Écran TFT LCD 7,7 cm (3 pouces), 1 040 000 points
Mise au point 11 collimateurs dont un de type croisé, -3 IL à 18 IL
Vitesse d’obturation 30 – 1/4000s, bulb
Motorisation 4.5 imags par seconde
Sensibilité ISO 100 – 25600 (extensible jusqu’à 102400)
Vidéo 1080p à 24, 25 ou 30 IPS, 720p à 50 ou 60 IPS
Mémoire Un slot SD
Connectique Mini USB 2.0, mini HDMI, microphone (mini jack 3.5 mm)
Flash Pas de flash intégré, vitesse de synchro 1/180s
GPS oui
Wifi oui
Tropicalisation oui
Dimensions 144,5 × 110,5 × 71,2 mm
Poids 755 grammes (avec batterie et carte mémoire)
Alimentation Batterie Li-ion rechargeable LP-E6
Prix Environ 1400€

 

Prise en main

a) Finition

Le boitier respire la qualité et semble très solide, la finition est excellente même elle reste un petit cran en dessous de celle du 5D Mark III. Le bas de la bête est en métal et le haut est en plastique (sans doute pour faire fonctionner la Wifi et le GPS), mais ce n’est pas quelque chose que l’on remarque au premier abord. La tropicalisation est un plus et même si je ne vous conseille pas de jouer avec le feu (ou plutôt l’eau...), il devrait résister à de petites averses sans problèmes. Bref, c’est un boitier très bien construit.

b) Ergonomie

En matière d’ergonomie Canon montre son savoir-faire avec le 6D. La poignée à une excellente préhension, elle est plus grande que celle des boitiers plus compacts tout en étant moins imposante que celle du 5D Mark III (il s’agit d’ailleurs de l’un des plus petits reflex Full Frame du marché). Les boutons tombent sous les doigts, une deuxième molette est présente à l’arrière du boitier (on peut donc se passer de la fameuse touche Av (+/-) et j’apprécie également l’intégration d’un bouton dédié au back button focus. Le pavé directionnel peut être paramétré afin de déplacer le collimateur d’autofocus actif et certaines touches du boitier peuvent être configurées.

L’écran LCD du dessus permet de visualiser rapidement ces réglages et évite d’activer inutilement l’écran arrière et de vider sa batterie. Il est également rétroéclairé et s’avère pratique dans bon nombre de situations, notamment dans les cas où vous photographiez au ras du sol.

Aux côtés des modes créatifs (P, Av, TV, M) viennent s’ajouter les modes de prise de vue personnalisés C1 et C2. Une fois configurés, ces derniers s’avèrent pratiques dans certaines situations, même si je dois bien avouer que je les utilise bien moins fréquemment que les modes Av, Tv et M.

Dans l’ensemble, utiliser le 6D est une expérience très agréable. Même si j’aurais souhaité avoir encore plus de possibilités de personnalisations, la prise en main du boitier est excellente et l’utiliser au quotidien est un plaisir.

c) Écran LCD

L’écran LCD est de bonne facture : il est assez lumineux, la résolution est suffisante, les couleurs sont justes et son contraste est élevé. La diagonale de 3 pouces me semble suffisante, même si le 5D Mark III fait légèrement mieux avec son afficheur de 3.2 pouces. Canon semble apporter un soin particulier à la qualité des écrans utilisés sur leurs boitiers, c’est réellement plaisant !

d) Viseur

Un bon viseur rend l’utilisation d’un reflex plus agréable et celui du 6D ne déçoit pas ! La couverture est de 97%, il est grand (0.71% de grossissement) et lumineux. Passer du viseur d’un APS-C à celui d’un Full Frame est très agréable, c’est un peu comme regarder un film sur un téléviseur au lieu de son smartphone. Le dégagement oculaire est de 21 mm, une bonne nouvelle pour les porteurs de lunettes, mais également un confort pour tous. En somme, c’est un excellent viseur malgré la couverture de « seulement » 97%.

 

Qualité d’image et autofocus

a) Qualité d’image

Pour rappel, le 6D dispose d’un capteur Full Frame (24 x 36 mm) ce qui lui octroie une meilleure montée en ISO qu’un boitier équipé d’un capteur APS-C (comme le Canon 550D ou le 7D Mark II par exemple). La profondeur de champ de vos images sera également plus faible. Dans l’ensemble, j’ai été très satisfait des images produites par la bête, la montée en ISO est très bonne et la définition du capteur me semble suffisante dans ma majorité des cas (20 mégapixels soit 5472 x 3648 avec filtre passe-bas). La plage dynamique est correct, mais n'est pas extraordinaire pour autant (12.1 EV d’après DxO), Canon a du retard sur la concurrence dans ce domaine. Il est possible de compenser en utilisant du braketing par exemple, mais une plus grande dynamique aurait été appréciable, en particulier pour la photographie de paysage (à noter que cette différence n’existe qu’aux sensibilités ISO très basses).  

ISO 25600, f/4, 25s, Canon 17-40 f/4 à 17 mm

ISO 6400, f/1.4, 1/50s, Canon 50 mm f/1.4

ISO 100, f/16, 30s, Canon 17-40 f/4 à 40 mm

c) Autofocus

Le 6D à 11 collimateurs dont 1 de type croisé sensible jusqu’à -3 EV, ce dernier est franchement efficace et vous permettra de faire la mise au point automatique dans des situations où vous ne voyez presque pas. Ce système autofocus est simple et même s’il suffira dans la majorité des situations, vous remarquerez rapidement ses limites en photographie d’action (animaux, sportifs, etc.). La mise au point en liveview (écran LCD arrière) est précise, mais lente. Vous pouvez faire un zoom numérique de 5 X ou 10 X, très pratique en photographie de paysages nocturnes notamment (Astrophotographie, etc.). La présence d’un bouton dédié au back button focus permet de séparer la mesure de l’exposition et la mise au point ce qui est extrêmement pratique. Dans l’ensemble, même si le système autofocus du 6D fait pâle figure face à celui du 5D Mark III,  il devrait suffire pour la plupart des utilisateurs.

 

Vidéo

a) Qualité d’image

Il enregistre en Full HD (1920/1080) à 24, 25 ou 30 images par seconde (IPS). Vous pouvez également filmer à 50 ou 60 IPS en 720p (1280/720), de quoi faire quelques petits ralentis ou tout simplement pour obtenir des images plus nettes en mouvement. Le 6D dispose également d’une entrée micro, mais pas de sortie audio, dommage !

La qualité des vidéos est bonne avec un joli piqué en 1080p (meilleure que celle du 5D Mark III), on note cependant la présence de moiré dans de nombreuses situations, un problème qui n’est pas présent sur le 5D Mark III.

Vous pouvez, bien entendu, régler manuellement la sensibilité ISO, l’ouverture et la vitesse d’obturation, c’est très important et c’est en faisant cela que vous tirerez le plus de ce boitier. D’ailleurs, la montée en ISO est très bonne en vidéo comme en photo.

Afin d’enregistrer des vidéos avec une grande plage dynamique parfaitement adaptée à la post-production, beaucoup d’APN haut de gamme intègrent un profile Log. On peut le voir comme un genre de RAW vidéo (même si en réalité c’est un peu différent). Malheureusement, le 6D ne dispose pas d’une telle fonctionnalité.

b) La limite des 29 minutes et 59 secondes

Les enregistrements ne peuvent dépasser 29 minutes et 59 secondes sans coupure (comme sur tous les reflex), vous êtes également limité à des fichiers de 4 Go maximum (ceci est une limite du système de fichier FAT32 utilisé par les cartes SD des appareils photo). Si vous enregistrez en Full HD, vous atteindrez cette limite entre 10 et 15 minutes (cela va dépendre de ce que vous filmez).

c) Magic Lantern

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, sachez que le 6D est compatible avec Magic Lantern, un firmware (micrologiciel) alternatif qui ajoute beaucoup de fonctionnalités à votre appareil. Vous pouvez, entre autres, faire des enregistrements de plus de 30 minutes et votre reflex pourra automatiquement créer de multiples fichiers de 4 Go sans que vous ailliez à relancer manuellement l’enregistrement à chaque fois, bref c’est super pratique ! Gardez cependant à l’esprit, qu’il s’agit d’un firmware alternatif, qui n’a donc pas été conçu par Canon. Si vous rencontrez des problèmes avec votre appareil en l’utilisant, ni Canon, ni Magic Lantern, ni moi-même ne pourrons être tenus responsables.

Dans l’ensemble, le 6D produit des vidéos de qualité, mais l’absence d’écran tactile orientable, de sortie audio et de profile log risquent de repousser les vidéastes sérieux.

 

L’autonomie

Le 6D utilise des batteries LP-E6 de 1800 mAh, il est toujours particulièrement difficile de juger l’autonomie d’un appareil photo, vu que celui-ci varie fortement selon l’utilisation que vous faites du boitier. En utilisant le viseur optique et sans faire de poses longues, la batterie tient très longtemps, vous arriverez sans problème à remplir une carte mémoire de 32 Go voir même de 64 Go sur une seule charge. Si, au contraire, vous shootez en liveview (visée par écran arrière) et que vous utilisez des vitesses d’obturation très lentes (10 ou 20 secondes par exemple), elle se videra très rapidement (ce qui est tout à fait normal !). Pour ce qui est de la vidéo, en filmant en Full HD à 24 IPS, la batterie tient entre 1h30 et 2h.

Si vous activez le GPS et la Wifi, la batterie se videra beaucoup plus rapidement, mon conseil serait donc de les garder désactivés la plupart du temps. Dans l’ensemble, l’autonomie du 6D est excellente, c’est un des points forts du boitier !

 

Mais encore

a) EOS Utility

Vous pouvez contrôler le 6D depuis un ordinateur avec EOS Utility (en Wifi ou par câble USB), ce n’est pas quelque chose que vous utiliserez tous les jours, mais cela peut s’avérer très pratique dans certaines situations.

b) Stockage

Certains appareils photo disposent d’un deuxième emplacement de carte mémoire permettant de sauvegarder simultanément sur deux cartes afin de ne pas perdre ses photos et vidéos si une des cartes cesse de fonctionner. Or, le 6D ne dispose pas d’une telle fonctionnalité ! C’est à mon sens le plus grand défaut de ce boitier qui risque de repousser bon nombre de professionnels. Vraiment dommage !

c) Le Wifi

Grâce au Wifi, le 6D peut se connecter à l’application Camera Connect sur votre smartphone Android ou iOS. Ainsi, vous pouvez contrôler votre APN depuis votre smartphone ou tablette, très pratique dans certaines situations !

d) Le GPS

Le GPS est avant tout destiné aux baroudeurs, malheureusement le garder activer vide la batterie très rapidement. Même si j’apprécie que Canon l’ait intégré, je dois bien admettre que je le garde tout le temps désactiver.

 

Conclusion

J’adore le Canon EOS 6D, voilà qui est dit ! C’est un excellent boitier avec une ergonomie extrêmement soignée et une bonne qualité d’image pour un prix contenu (pour un Full Frame). Si vous hésitez entre le 5D Mark III et le 6D, les plus grandes différences sont clairement le système autofocus et la présence ou non d’un deuxième emplacement de cartes mémoire. Si vous êtes un pro ou si vous photographiez beaucoup de sujets en mouvement, le 5D Mark III est pour vous, mais pour tous les autres je recommande l’acquisition du 6D ! Il est moitié moins cher et dispose de quelques atouts comme le GPS et le Wifi, son rapport qualité/prix est très intéressant ! 

Nous voici à la fin de ce test du Canon EOS 6D, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire. Et n’oubliez pas de partager l’article si vous avez aimé. À bientôt et bonne photo !